Portrait d’Anja Rehlinger, l’ironwoman d’elisabeth

by dorisbintner

Anja Rehlinger, athlète triathlète qualifiée aux Ironman World Championship de 2022 à Hawai, se déroulant du 6 au 8 octobre.

Courte introduction, qui es-tu, quelle est ta fonction au sein d’elisabeth et depuis quand as-tu commencé le triathlon, puis l’Ironman ?

Anja Rehlinger, 36 ans, responsable RH chez elisabeth. J’ai commencé le triathlon en 2015 avec le XL de Gérardmer. Je me suis assez vite orientée vers la longue distance, car mon point fort est le vélo et sur la longue distance c’est le point principal.

« Comment » t’es-tu qualifiée aux Ironman World Championships ?

Je me suis qualifiée en Pologne à Gdynia, une des dernières courses qualificatives pour 2022. C’était mon rêve de participer au WC 2022, car la date initialement annoncée tombait sur mon anniversaire. Bon, par la suite, Ironman a changé la date et fait deux jours de course, un pour les hommes et un pour les femmes. Du coup, la compétition est deux jours avant.

Quand j’ai su que j’aurai le slot, j’ai éprouvé une joie énorme. Cette année, mon compagnon, ma meilleure amie, ainsi que beaucoup de copains se sont qualifiés. A Hawai, on sera une vingtaine d’ athlètes qui se connaissent.

Comment est venue cette passion ?

En pratiquant le triathlon,  j’ai constaté que j’aime bien la variation des trois types de sports différents et du coup j’ai accroché très vite.

Sur une semaine type, combien de fois tu t’entraînes ? Et comment gères-tu ton emploi du temps professionnel et sportif ? L’alimentation ?

Sur une semaine type je m’entraîne environ 20h. J’ai la chance d’avoir  une certaine flexibilité au niveau des horaires de travail. Donc, je peux faire un entraînement le matin ou à midi et puis le soir. Le gros volume est toujours sur les week-ends. J’ai réduit mon temps de travail à 90%, ce qui m’aide également lors de l’organisation des entraînements.

Concernant l’alimentation, j’essaie de faire attention avant les courses, mais je suis une gourmande et j’adore les sucreries.

Est-ce qu’il y a une notion de mérite, ou de satisfaction quand tu passes la ligne d’arrivée ?

J’essaie toujours de faire une bonne course et d’améliorer les chronos. La vraie satisfaction après une course est d’avoir fait un podium.

As-tu une des disciplines dans laquelle tu es la plus forte / où tu te sens le mieux ? Si oui, comment gères-tu cette compétence vis-à-vis des deux autres disciplines ?

Ma meilleure discipline est clairement le vélo, puis la course à pied. Je ne suis pas une nageuse du tout. Même quand on a une discipline plus forte, il faut malgré tout être complet.

Comment évalues-tu tes entrainements, tes résultats de compétitions ?

J’ai un coach qui suit mes entraînements et qui analyse tous les datas. Je n’ai pas la patience pour cela.

Et bien évidemment, il y a toujours le challenge de faire un meilleur chrono que mon compagnon. 😉

Tu fais partie d’une équipe / club, quel lien peux-tu transposer avec des valeurs qu’on peut retrouver en entreprise ?

Je suis au X3M Snooze.

Dans le sport d’endurance, on retrouve beaucoup de valeurs qui sont également très utiles au travail :

  • L’organisation
  • La rigueur
  • La persévérance
  • Continuer même dans des situations difficiles
  • Le dépassement de soi
  • Le sentiment de satisfaction après avoir terminé, la course ou un projet de travail
  • Mais surtout prendre du plaisir dans ce qu’on fait et ce qu’on aime